Image
Image

Professionnels : les conseils de Sébastien Faivre, directeur des opérations pour anticiper les Jeux (épisode 2)

  • Conseils aux professionnels

Accroche

"Les professionnels se préparent" est une série d'épisodes qui donne la parole aux professionnels et met en lumière les bonnes pratiques pour anticiper son activité à l'occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques de l'été 2024.

Ce deuxième épisode partage l'expérience de Sébastien Faivre, directeur des opérations chez Geodis pour préparer sa relation client et la logistique de ses livraisons.

Contenu

Comment anticiper sa logistique en tant que livreur pendant les Jeux ?  

Sébastien Faivre, directeur des opérations chez Geodis (logistique, messagerie, transport routier), partage huit conseils pour aider les professionnels à se préparer dès maintenant :  

  • échanger régulièrement avec les responsables de la logistique ;
  • préparer l’organisation des congés avec les Ressources Humaines ;
  • modifier ses modes de livraison ;
  • optimiser le temps de livraison ;
  • cartographier les clients les plus impactés par les Jeux ;
  • s’informer auprès des clients sur leur niveau d’activité pendant les Jeux ;
  • co-construire un planning avec les clients ;
  • communiquer régulièrement auprès des parties prenantes
     

Bonjour, ce matin, nous voici chez Geodis pour rencontrer Sébastien. Il est directeur des opérations. Alors, autant vous dire qu'on va être au cœur des sujets d'anticipation des flux logistiques pour les Jeux. Vous me suivez ?

Alors, parlons concret, comment ça se passe habituellement l'été ?
Au mois d'août, on a une activité qui est réduite, du fait des congés. Habituellement, sur Paris intra-muros, on réalise à peu près entre 2 500 et 3 000 livraisons par jour. Et au mois d'août, on a une activité qui se réduit de 30 %. Même si là, avec les Jeux Olympiques et l'activité complémentaire qu'on attend d'avoir en supplément, on devrait être aux alentours de moins 20 % de l’activité quand même.

Donc, ça va être une période très spéciale. Ça se prépare depuis combien de temps chez vous ?  
Ça fait un an maintenant, un peu plus d'un an que je m'entraîne sur les Jeux Olympiques, au même titre que nos athlètes. Depuis février 2023 exactement, où j'ai commencé à prendre contact avec les autorités et les organisations professionnelles pour pouvoir avoir un certain nombre d'informations liées à l'organisation des JO.

Et en parlant de votre organisation en interne, ça se passe comment ?
En interne, j'ai une équipe de deux personnes avec moi qui m'assiste sur l'organisation de cet impact des JO dans notre organisation opérationnelle. J'ai également un comité de pilotage qui est en place et qu'on fait au niveau mensuel. Et puis, j'ai également en agence l'implication des directeurs d'agence et des opérationnels. On se réunit assez souvent sur le sujet.

Les Ressources Humaines chez vous sont impliquées là-dessus ?
Totalement, surtout en agence, surtout dans les agences impactées. Sur Paris, on a deux agences. On en a une au Nord de Paris et une au Sud de Paris. Les deux sont très proches de deux sites olympiques. Et en effet, depuis plusieurs mois, on travaille notamment sur la gestion des congés. Là, on a organisé, on a fini d'organiser les congés de nos collaborateurs. Globalement, on a l'ensemble de nos titulaires qui seront présents pendant cette période. C'est une nécessité puisque c'est eux qui ont le savoir-faire. Et on a également impliqué nos sous-traitants, puisqu'on travaille avec nos partenaires sous-traitants, qui eux, également, seront présents pendant cette période.

J'ai vu que vous étiez un acteur du dernier kilomètre. Est-ce que ça implique aussi de changer ou de faire évoluer ces méthodes de livraison sur cette période ?
Complètement ! Nous, on en fait une opportunité. On travaille sur deux façons de faire qu'on ne fait pas habituellement : la cyclo-logistique (vélo-cargo, maintenant, on en voit de plus en plus dans nos villes) — on le fait un petit peu, mais pas comme on va le faire pendant cette période. Et surtout, une solution que l'on va tester, c'est la solution de livraison à deux hommes. On aura un conducteur et un ripeur.

Ripeur, c'est celui qui accompagne le chauffeur pour l'aider après à la manutention pendant la livraison ?
Tout à fait. Le conducteur restera dans son camion, alors qu'habituellement, il sort de son camion pour aller livrer de la marchandise, et le ripeur ira prendre de la marchandise, livrer chez le destinataire, et pendant ce temps-là, le conducteur continuera sa tournée.

Donc on optimise le temps.
Complètement.

On a parlé de cette préparation avec les acteurs de la profession, avec les acteurs publics, avec vos collaborateurs… Et avec les clients, est-ce qu'on peut vraiment anticiper les choses ?
Oui, nous, on a cartographié de façon très précise les clients qui sont le plus concernés par la livraison sur Paris intra-muros. On a 800 clients identifiés. On a adressé à ces 800 clients un questionnaire pour connaître leurs intentions. Alors, leurs intentions, c'est quoi ? C'est : « est-ce qu'ils vont anticiper les JO ? », donc nous remettre de la marchandise avant le début des Jeux Olympiques. Est-ce qu'ils vont carrément reporter leur activité après les Jeux Olympiques, ou maintenir leur activité et à quel niveau d'activité ?

Donc, vous avez la cartographie et du coup, un planning aussi construit avec les clients.
Oui, tout à fait. On a un planning assez précis. On attend de leur part, bien sûr, le retour au questionnaire pour pouvoir confirmer l'organisation qu'on a prévu. Et puis surtout, on a une force commerciale de 450 commerciaux partout en France (puisque les clients concernés sont partout en France), qui font des visites et des entretiens avec nos clients pour alimenter ce questionnaire.

Vous faites comment, sinon, pour communiquer sur ces évolutions à venir ? Vous utilisez quels outils ?
On a une communication vis-à-vis de nos clients en newsletter. On a mis en place une newsletter depuis plusieurs mois. On en fait une quasiment tous les mois. Et en interne, on a fait un webinaire spécifique sur l'organisation des JO chez Geodis, et on diffuse également une newsletter en interne spécifiquement aux Jeux Olympiques.

Et alors, avec tout ça, il se sent comment, Sébastien, après plus d'un an de préparation et à l'approche des JO dans quelques semaines ?
Plutôt bien entraîné ! Il me reste encore un tout petit peu d'entraînement à faire. Il y a quelques coups de tournevis à mettre su certains éléments mais on est prêts.  

Je vais devoir y aller, moi. Vous pouvez me ramener en camion ?
C'est possible !  

Et d'ailleurs, est-ce que je ferai un bon ripeur ?
Avec un tout petit peu d'entraînement, je pense que vous ferez un très bon athlète de la livraison.

Bon, eh bien, message passé ! J’y vais. Merci beaucoup, Sébastien.

Carte des impacts sur vos déplacements

Visualisez les prévisions dans les transports en commun et les restrictions de circulation sur les routes à Paris et en Ile-de-France